CONSOMMATION

Faut-il opter pour un moteur sur la roue arrière ou pour un moteur central placé dans le pédalier lors de l’achat d’un vélo à assistance électrique ?

Moteur central ou dans la roue ? Quel choix ? Est-ce une question de prix ? De nombreuses questions sur ce sujet nous sont parvenues à la rédaction et nous allons, sans aucun parti pris, vous apporter des éléments de réponse.

En tout premier lieu, il faut déterminer sur quel parcours vous allez évoluer : Tout terrain, urbain, terrain accidenté, vallonné, etc… Une fois l’utilisation bien identifiée, le choix du modèle est important ne serais-ce que par le budget que vous voulez allouer à l’acquisition de votre vélo. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur ce chapitre, tant il y a des choses à dire ! Dans la jungle du vélo à assistance électrique, beaucoup de constructeurs oublient parfois l’essentiel et proposent des modèles venus d’une autre planète, bourrés d’électronique et de gadgets à des prix stratosphériques !


Le choix de votre VAE dépendra en priorité de l’utilisation. © Photo : DR

Pour en revenir au sujet qui vous questionne, la différence la plus marquante entre un moteur dans le moyeu et un moteur central se trouve au niveau de la vitesse de rotation. Les moteurs roue avant et arrière délivrent leur puissance en fonction du nombre de rotations qu’effectuera le pédalier. C’est la raison pour laquelle, quand on démarre avec un moteur placé dans la roue, ce dernier vous propulse d’un coup. Le moteur puise beaucoup au départ, ce qui joue sur le rendement de la batterie. Important à prendre en compte si vous êtes un novice de la pratique.

Côté avantages, ces aides au pédalage sont généralement plus silencieux et plus facile à installer. On soulignera aussi le faible impact sur l’usure de la transmission.

Côté inconvénients, le vélo est déséquilibré par le poids situé à l’arrière. Le risque ? Une conduite aléatoire en terme de stabilité surtout à allure élevée sur une route par exemple peu entretenue. D’autre part, le moteur ne travaillant pas en duo avec la transmission, son efficacité est affectée à différentes vitesses.

Le prix. Si le budget dédié à cet achat est serré, les modèles avec moteur à l’arrière vous permettront d’acquérir ce type de machine. Le coût de l’entretien est moindre que sur un VAE avec moteur central. Il faut compter peu ou prou 1 500 €

L’utilisation conseillée : le vélotaf, les parcours urbains quand on a décidé d’opter pour ce type déplacement ou quand on a une parfaite maitrise de l’assistance, des balades faciles n’excédant pas 50 kilomètres.

Les vélos à assistance électriques sont dotés d’un moteur d’une puissance moyenne de 250 W. Le fonctionnement du moteur est assez complexe à comprendre, mais pour simplifier les choses, l’assistance électrique fournie par ce dispositif est proportionnelle à l’effort fourni par l’utilisateur.

Et pour vous donner une idée plus globale des modèles existants sur le marché toutes marques confondues, notre partenaire City Ride propose un guide d’achat complet et comparatif. Une bible pour celles et ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure du VAE. A découvrir ICI


Pour vous donner des idées quant au choix d’un VAE, le guide proposé par City Ride peut-être d’un grand secours !

Pour résumé

L’important est de choisir le type de motorisation le plus adapté à votre besoin et à vos sensations. Il s’agit avant tout de savoir quelle utilisation vous souhaitez en faire, quel effort vous souhaitez produire, etc… C’est le b.a-ba pour éviter les dépenses inutiles et les mauvais usages. Et n’oubliez pas de faire vous même la comparaison lors d’un essai. Prenez votre temps avant de vous décider. Ce n’est pas un achat anodin.

Nous répondrons prochainement à une question fondamentale d’une alternative aux VAE : que valent aujourd’hui les kits d’électrification à installer sur un vélo musculaire ? Fiabilité, intérêt, prix… Faîtes nous part de votre expérience, posez toutes les questions qui vous trottent dans la tête à la rédaction

Laisser un commentaire